Yoga Anatomy-2Nd Edition By Kaminoff, Leslie, Matthews, Amy (2011) Paperback par Michel Onfray

Rendre la raison populaire. Université populaire, mode d’emploi
par Michel Onfray

“Généreux amis de l’égalité, de la liberté, réunissez-vous pour obtenir de la puissance publique une instruction qui rende la raison populaire” : en créant en 2002 l’université populaire de Caen, Michel Onfray s’inscrit dans la droite ligne de cet idéal des Lumières cher à Condorcet.A la demande toujours croissante de philosophie, il répond par une invitation au dialogue, à l’exploration de savoirs ignorés, à l’édification existentielle à travers le réel matériel, à l’interaction entre la théorie et la pratique et au partage entre amis, dans un but philosophique commun : se faire libre. Plus enthousiaste et percutant que jamais, Michel Onfray explique, défend et revendique ce projet un peu fou, devenu un incroyable succès… populaire.

It’s Raining Love !
par Emma M. Green

 Aristo, sarcastique, arrogant : et dire qu’elle va devoir l’épouser !

***

En allant se mettre au vert dans la campagne anglaise, Pippa espère fuir les casseroles qu’elle traîne malgré elle : son foutu ex qui l’a larguée en direct sur un plateau télé, sa mère poule qui n’a de cesse de la couver depuis vingt-quatre ans, et sa tripotée de sœurs sur qui elle ne peut jamais compter.

Alors que l’actrice londonienne vit son pire cauchemar – isolée du reste du monde, les talons aiguilles plantés dans la boue jusqu’au cou –, elle rencontre le British le plus arrogant, le plus égoïste et le plus charming qui soit. Petit problème : ils ne peuvent pas se supporter. Gros problème : Alistair Blackwood lui demande de l’épouser, de tout plaquer et de s’installer dans son manoir d’aristo. Pour de faux, juste pour une sombre histoire d’héritage et d’ego.

Une proposition qu’elle ne va pas pouvoir refuser…

***

– Si tu me fais plonger, je plongerai… ajoute-t-il plus bas. Et si je plonge… tu dois plonger aussi.

Je ne comprends ce qui m’attend qu’à la seconde où je croise son regard joueur et son petit sourire provocateur. Les grands bras musclés m’attrapent par la taille. Je me débats déjà, mais trop tard. Je hurle, je ris, je jure, et Alistair me jette dans le lac en riant.

L’eau fraîche me mord la peau avant de s’infiltrer progressivement sous tous mes vêtements. Je remonte à la surface, prête à insulter copieusement mon fiancé, mais il se jette à son tour dans un de ses plongeons parfaits. Je nage jusqu’à lui pour tenter de le couler, de le noyer, mais il m’échappe facilement. Je réalise que j’ai pied en le voyant courir. Il va voir de quoi je suis capable.

Je l’éclabousse tandis qu’il fuit. Je le rattrape alors qu’il rit. Je lui bondis sur le dos et il me fait tournoyer dans les airs. Je m’accroche à sa chemise blanche trempée et je sens qu’elle se déchire sur son torse. Je laisse mes doigts courir sur sa peau, de plus en plus déchaînée, de moins en moins furieuse. Je ne sais plus si je le déteste ou si je le désire.

Dans un grognement viril, Alistair me fait passer d’un seul geste du côté face au côté pile. Mes jambes enroulées autour de ses hanches, mes bras pendus à son cou, mes fringues collées partout sur moi, je sens mes seins se presser contre ses pectoraux. Sans échanger un seul mot, on fait semblant de se battre, comme deux gamins qui n’ont pas trouvé d’autre prétexte pour se toucher. Il me tient sous les fesses, prêt à m’envoyer valser à nouveau dans l’eau. Je m’agrippe à ses épaules, tente de lui résister d’un regard noir. Il me défie du bout des yeux, du bout des lèvres. Et je l’embrasse follement, incapable de résister plus longtemps. Nos bouches humides et fraîches se trouvent et se lient d’une façon si sensuelle qu’elles ont l’air d’avoir fait ça toute leur vie. Nos langues se goûtent et s’adorent. Nos corps se rapprochent encore, s’aimantent, s’épousent, se serrent. Et se décollent quand Alistair bondit en arrière.

 

***

It’s Raining Love ! d’Emma Green, histoire intégrale.


La typographie du livre français
par Olivier Bessard-Banquy, Christophe Kechroud-Gibassier

Du plomb au numérique, de la typographie classique à l’impression en offset, le livre français a plus évolué en un demi-siècle qu’il n’avait changé depuis Gutenberg. Les techniques de composition et d’impression des textes, hier “de plomb, d’encre et de lumière”, sont aujourd’hui électroniques ou numériques. Le design éditorial, austère et sage il y a encore cinquante ans, est devenu exubérant voire éclaté. Avec l’apparition de typographes de génie comme Pierre Faucheux, les volumes de l’édition de Paris et d’ailleurs se sont faits inventifs, surprenants, iconoclastes. Le développement des couleurs dans la société a donné en librairie des couvertures accrocheuses, pétaradantes de tons vifs ou acidulés. Dans le même temps l’essor de la photocomposition a permis de jouer des possibilités de la gamme typographique comme le chat joue avec la souris. La publication assistée par ordinateur (PAO) permet d’aller encore plus loin aujourd’hui et de varier à l’infini le traitement typographique des titres et des textes – mais le résultat est-il heureux pour l’œil du lecteur? L’utilisation facile des outils de mise en page, la “déprofessionnalisation” des métiers du livre qui en est la conséquence n’expliquent-elles pas la dégradation de l’objet-livre que déplorent de plus en plus de “bibliomanes”? Qu’est-ce qui a changé, fondamentalement, dans la conception et la réalisation des livres ces dernières décennies? Telles sont, parmi d’autres, les questions qui ont été posées à des typographes comme Jean François Porchez ou des graphistes comme Massin pour faire le point sur l’évolution de la mise en page. Quelques études en annexes sont l’occasion d’aller plus loin et de réfléchir sur les mutations de l’objet-livre et les changements techniques ou graphiques de l’édition française. Sérieux, précis, La Typographie du livre français est dédié aux professionnels de “la galaxie Gutenberg”. Au-delà, il s’adresse aux amoureux du bel ouvrage et de la typographie classique et moderne qui veulent découvrir, à l’occasion d’une promenade dans les services techniques de l’édition française, comment sont conçus et réalisés les livres des arts et lettres.

Les 100 mots de la géographie
par Jérôme Dunlop

Si la première question posée en géographie est « où ? », la seconde est certainement « pourquoi là ? ». La géographie est d’abord l’expérience de l’espace des hommes.
Au travers de 100 entrées, cet ouvrage sans équivalent apporte une connaissance de la nature, des objets, des méthodes, des enjeux et des finalités de la géographie contemporaine. Il donne un aperçu des champs et des démarches de cette discipline et permet de comprendre comment les géographes contribuent aujourd’hui à la réflexion sur les grandes problématiques (développement durable, ville et néoruralité, mondialisation, cultures et « choc des civilisations »…) qui traversent nos sociétés.

À lire également en Que sais-je ?
Histoire de la géographie, Paul Claval
Les 100 lieux de la géopolitique, coordonné par Pascal Gauchon et Jean-Marc Huissoud


Au coeur des extrêmes
par Christian CLOT

Une aventure totalement inédite qui interroge les capacités d’adaptation humaine.
D’août 2016 à fin février 2017, Christian Clot a parcouru en solitaire les quatre milieux les plus extrêmes de la planète. Trente jours pour chaque expédition avec quinze jours entre chacune d’elles. Du désert du Dasht-e Lut, en Iran, aux monts de Verkhoïansk, en Iakoutie, des canaux marins de la Patagonie à la forêt tropicale du Brésil, il est passé de + 60 à – 60 °C et de 2 à 100 % d’humidité, dans des conditions particulièrement hostiles. Une aventure jamais réalisée auparavant, pour étudier, grâce à de nombreux protocoles scientifiques, les capacités d’adaptation humaine.
Aux côtés de Christian Clot, nous pénétrons dans des territoires aussi absolus que splendides, en quête de réponses aux questions qui rythment ses pas : comment réagissons-nous face à des situations qui nous dépassent, lorsque les doutes, les peurs, les incertitudes prennent le dessus ? quelles solutions trouvons-nous lorsque nous nous sentons incapables d’agir face à l’ampleur des difficultés, de la tâche à accomplir ?


Catégorie