Yoko Tsuno : Les 3 Soleils De Vinéa T6. par

Les Livres disponibles
par

La liste exhaustive des ouvrages disponibles publiés en langue française dans le monde. La liste des éditeurs et la liste des collections de langue française.

Carnets du vertige
par Louis Lachenal, Gérard Herzog

Héros brisé pour les uns, il était ” la vie même ” pour les autres… En 1955, Louis Lachenal nous quittait, laissant derrière lui l’image d’un grand alpiniste, vainqueur de l’Annapurna. Héros brisé pour les uns, il était ” la vie même ” pour les autres… Mais qui était ce grimpeur surdoué qui accompagna Herzog au sommet du premier 8000 ? Que s’est-il joué pendant cette expédition nationale qui passionna les Français et suscita tant de controverses ? Que s’est-il réellement passé dans l’intimité intense de l’arrivée au sommet ? Pour la première fois, écoutons Louis Lachenal, et lui seul. Enchâssé dans l’ancienne version des ” Carnets du vertige “, inédit, son journal de l’Annapurna, rédigé au jour le jour, pendant l’expédition, livre la vérité d’un homme qui se moque des conventions. Comme en montagne, Lachenal fait l’économie de ses forces : peu de mots, une vivacité et une précision de chat pour faire passer l’émotion avec élégance, sans appuyer. 400 photos, dont la plupart n’étaient jamais sortie de leurs albums privés, complètent ce récit d’aventure qui fut – comme la vie de Lachenal – mené au pas de course.

Happy sex
par Zep

Avec un humour complice et ironique, Zep couche sur papier une vaste galerie d’hommes et de femmes, et ne nous cache rien, absolument rien ! De la diversité de leurs positions et de leurs comportements dans ces moments intimes où le plaisir glisse vers le rire… Happy Sex affirme le talent unique de Zep pour mettre à nu les moeurs singulières de ces drôles de personnages que nous sommes tous.

Rendre la raison populaire. Université populaire, mode d’emploi
par Michel Onfray

“Généreux amis de l’égalité, de la liberté, réunissez-vous pour obtenir de la puissance publique une instruction qui rende la raison populaire” : en créant en 2002 l’université populaire de Caen, Michel Onfray s’inscrit dans la droite ligne de cet idéal des Lumières cher à Condorcet.A la demande toujours croissante de philosophie, il répond par une invitation au dialogue, à l’exploration de savoirs ignorés, à l’édification existentielle à travers le réel matériel, à l’interaction entre la théorie et la pratique et au partage entre amis, dans un but philosophique commun : se faire libre. Plus enthousiaste et percutant que jamais, Michel Onfray explique, défend et revendique ce projet un peu fou, devenu un incroyable succès… populaire.

It’s Raining Love !
par Emma M. Green

 Aristo, sarcastique, arrogant : et dire qu’elle va devoir l’épouser !

***

En allant se mettre au vert dans la campagne anglaise, Pippa espère fuir les casseroles qu’elle traîne malgré elle : son foutu ex qui l’a larguée en direct sur un plateau télé, sa mère poule qui n’a de cesse de la couver depuis vingt-quatre ans, et sa tripotée de sœurs sur qui elle ne peut jamais compter.

Alors que l’actrice londonienne vit son pire cauchemar – isolée du reste du monde, les talons aiguilles plantés dans la boue jusqu’au cou –, elle rencontre le British le plus arrogant, le plus égoïste et le plus charming qui soit. Petit problème : ils ne peuvent pas se supporter. Gros problème : Alistair Blackwood lui demande de l’épouser, de tout plaquer et de s’installer dans son manoir d’aristo. Pour de faux, juste pour une sombre histoire d’héritage et d’ego.

Une proposition qu’elle ne va pas pouvoir refuser…

***

– Si tu me fais plonger, je plongerai… ajoute-t-il plus bas. Et si je plonge… tu dois plonger aussi.

Je ne comprends ce qui m’attend qu’à la seconde où je croise son regard joueur et son petit sourire provocateur. Les grands bras musclés m’attrapent par la taille. Je me débats déjà, mais trop tard. Je hurle, je ris, je jure, et Alistair me jette dans le lac en riant.

L’eau fraîche me mord la peau avant de s’infiltrer progressivement sous tous mes vêtements. Je remonte à la surface, prête à insulter copieusement mon fiancé, mais il se jette à son tour dans un de ses plongeons parfaits. Je nage jusqu’à lui pour tenter de le couler, de le noyer, mais il m’échappe facilement. Je réalise que j’ai pied en le voyant courir. Il va voir de quoi je suis capable.

Je l’éclabousse tandis qu’il fuit. Je le rattrape alors qu’il rit. Je lui bondis sur le dos et il me fait tournoyer dans les airs. Je m’accroche à sa chemise blanche trempée et je sens qu’elle se déchire sur son torse. Je laisse mes doigts courir sur sa peau, de plus en plus déchaînée, de moins en moins furieuse. Je ne sais plus si je le déteste ou si je le désire.

Dans un grognement viril, Alistair me fait passer d’un seul geste du côté face au côté pile. Mes jambes enroulées autour de ses hanches, mes bras pendus à son cou, mes fringues collées partout sur moi, je sens mes seins se presser contre ses pectoraux. Sans échanger un seul mot, on fait semblant de se battre, comme deux gamins qui n’ont pas trouvé d’autre prétexte pour se toucher. Il me tient sous les fesses, prêt à m’envoyer valser à nouveau dans l’eau. Je m’agrippe à ses épaules, tente de lui résister d’un regard noir. Il me défie du bout des yeux, du bout des lèvres. Et je l’embrasse follement, incapable de résister plus longtemps. Nos bouches humides et fraîches se trouvent et se lient d’une façon si sensuelle qu’elles ont l’air d’avoir fait ça toute leur vie. Nos langues se goûtent et s’adorent. Nos corps se rapprochent encore, s’aimantent, s’épousent, se serrent. Et se décollent quand Alistair bondit en arrière.

 

***

It’s Raining Love ! d’Emma Green, histoire intégrale.


Catégorie